Analyse // 4 choses à retenir des 12 Heures de Sebring 2012

sebring-course-12-0002

La première manche du Championnat du Monde d’Endurance a tenu toutes ses promesses. En attendant l’arrivée de Toyota lors des 6 Heures de Spa-Francorchamps, la manche de Sebring nous a donné un superbe spectacle dans toutes les catégories.

Audi retrouve la victoire à Sebring

La R18 faisait cette année ses débuts à Sebring ! Même si l’an passé elle avait utilisé très largement la piste lors d’essais privés, c’est la première fois que la marque Allemande l’alignait en course en Floride.

Une stratégie identique à celle de 2011, ou les vieilles R15+ étaient encore présentes, afin de ne pas brusquer le développement des nouvelles R18… Bon choix technique, qui permet à Audi de repartir avec un doublé. Les problèmes électriques qui ont handicapé la R18 n°1 et sa boite de vitesses sont à garder en mémoire, mais l’essentiel est fait : avant la première confrontation avec Toyota, Audi mène 26 points à 0.

Jean Todt envoi un signal fort

Présent à Sebring, le président de la FIA a honoré les lieux de sa venue, plutot que de se rendre à Melbourne… Le site officiel des 24 Heures du Mans s’est empressé de titrer « Jean Todt a choisi l’endurance« . C’est de bonne guerre, même si le principal intéressé se refuse dans toutes les interview à opposer F1 et endurance. « Il serait très présomptueux de dire que le Championnat du Monde d’Endurance est déjà plus important que celui de Formule 1 ! » déclarait le Président de la FIA. « Mais chaque championnat se doit d’être optimisé ». Un symbole fort qui marquera les débuts du WEC.

HPD en maître du LMP2

Honda s’implique cette année en LMP1, mais c’est en P2 que l’on a vu la marque dominer. Face aux Oreca 03 qui devraient retrouver un peu de souffle en Europe, nous avons vu la nouvelle Morgan-Oak et la nouvelle HPD débuter. On gardera en mémoire les batailles opposant Stéphane Sarrazin à Olivier Pla, ou à Joao Barbosa…

Sarrazin a réussi son atterrissage post-Peugeot en restant en prototypes, pour pouvoir exprimer tout son talent. Avec l’équipe Starworks Motorsport, il a montré tout le bien que l’on pense de lui… qu’il retrouve un volant officiel, et vite ! Le Level 5 Motorsports, engagé en ALMS, a lui aussi montré que l’on peut exploiter de superbe manière le potentiel offert par HPD, tandis que la seule Lotus engagée de manière plus « officielle » que les Rebellion en LMP1, fut transparente, sorte de chicane mobile.

Le GT Américain toujours aussi relevé

Le trafic en piste a encore été la donnée importante de ces 12 Heures de Sebring.

Ne nous attardons pas sur les catégories GTC et GTE-Am, mais bien sur le GTE-pro, qui encore une fois, était d’un niveau exceptionnel.

La victoire de BMW sur la ligne est en fait une victoire Ferrari en WEC, car l’allemande, ainsi que la Corvette à la seconde place, ne sont engagées qu’en ALMS. Mais que la course fut belle : Pendant au moins les 3/4 de l’épreuve, les ténors de la catégorie se sont marqués à la culotte. Les neutralisations nombreuses de l’autre coté de l’atlantique, ont permis de regrouper les auto… Une BMW s’arrête ? La voiture soeur aussi, imitée par les Corvette, Ferrari et Porsche. Une course d’attente à plus de 200 km/h, pendant 8 heures… Superbe spectacle, et l’on regrette déjà l’absence des BMW M3 dans la Sarthe, les moyens étant concentrés en DTM, ou BMW effectue son retour…

Posté par

Endurance Magazine est un blog pour les passionnés d'endurance et de sport auto créé par Geoffroy Barre, qui suit les 24 Heures du Mans depuis 1993 et se rend sur les meetings ELMS / WEC. Rejoignez moi sur mon profil

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>